L’un est guitariste flamenco, l’autre est l’accordéoniste défricheur de Zakouska et The Summer Rebellion. Maël Goldwaser et Arthur Bacon se livrent ici à l’exercice du duo dans toute sa réactivité et sa délicatesse. Leurs compositions convoquent tour à tour le chant profond du flamenco et la musette de Gus Viseur pour des explications houleuses sur le sens de la marche. Partie de Ping Pong infinie, on y posera les seules questions qui vaillent d’être posées. Où est la ligne ? Qui nous regarde ? Comment s’égarer sans se perdre ? et pourquoi un flamand rose ? Au travers d’improvisations d’une curieuse pudeur, le duo nous emmène au point de rupture où tradition et modernité s’embrasent.

Il existe deux types de personnes qui marquent les musiciens en devenir : les légendes inaccessibles et certaines personnes inspirantes que l’on rencontre lors des années de formation. Les premiers souvenirs que j’ai d’Arthur Bacon remontent à des soirées passées sur les quais de Strasbourg ; son énergie communicative, l’expressivité de son jeu ainsi que l’engagement physique dont il faisait preuve m’ont immédiatement marqués.

Depuis, j’imaginais que l’on pourrait construire un projet ensemble et ce fut donc la première personne à laquelle j’ai pensé le jour où la Cave Poésie m’a invité à présenter une carte blanche. Le duo avec Arthur me permet de développer mon travail de compositeur en explorant de nouvelles structures rythmiques inspirées du flamenco et plus généralement de traiter avec plus de liberté la matière que m’a offert cette tradition. Ce projet est également l’occasion de mettre à l’épreuve d’une nouvelle formation, certains traits que j’ai pu développer en composant pour guitare seule.